jeudi 13 février 2014

Seuls sur le sable. La vie sauvage d'Iscomigoo


On va pas se mentir, en Thaïlande on est JAMAIS JAMAIS seul. On cherche, on fouine dans les guides, mais c'est un pays tellement touristique que c'est une vraie corvée de trouver son coin de paradis, "seul au monde", mais sans Wilson.



Et je dis sans Wilson mais si l'envie vous prend de parler à un ami ballon, je ne suis pas là pour juger. M'enfin c'est quand même UN VULGAIRE BALLON EN SANG. Respectez vous bon sang (humour).

Bref, je vous plante le décor. Vous êtes à Bangkok, il fait approximativement 700 degrés Celsius, taux d'humidité de 98% qui rend vos cheveux crépus et suintants... Vous avez l'impression d'être fin août dans la ligne 4 du métro parisien. Il suffit ! Partons à l'aventure dans une île ou on sera seuls, on vivra nus et crados.

C'est ainsi que commencent les meilleures idées me direz vous... Et c'est après de nombreuses heures de train, quelques centaines de mangues au piment et une bonne dose de "J'AI CHAUD". Que nous arrivons au port de Pak Bara. Après des négociations qui n'en finissent plus, nous montons dans un ferry qui, selon les règles de sécurité, ne devrait pas abriter 35 personnes avec des sacs de 20 kg mais bon, faisons fit de cela, on va au paradis.

iscomigoo
Heaven is here !


Au fur et à mesure, les passagers descendent dans des îles du parc national de Koh Tarutao. Moment culture en quelques palabres : "Mu Koh Tarutao est le plus ancien parc maritime de Thaïlande. Classé en 1974, il regroupe 51 îles préservées de toute exploitation commerciale sur 1490 km²."

Au final, nous ne sommes que 4 à nous rendre dans la dernière île qui semble être la fameuse Koh Tarutao. Je rappelle ici que ce parc national est protégé. Nous devons donc payer à l'entrée 200 baths + 40 baths par jour. Après un geste de la main absolument flou accompagné d'un "this way" nous découvrons l'accueil et par la même occasion, nos options. Nous pouvons donc dormir à la belle étoile (bad romance), louer une grande tente (pour l'équivalent de 3 dollars la journée) ou prendre un bungalow (ouh yeaaah). On est là pour l'aventure, on a dormi dans des bungalow depuis des mois... Après quelques phrases rassurantes du mâle dominant type : "on a pas de thunes", nous choisissons la tente !

Petite parenthèse enfance : mes chers parents ne nous ont jamais jamais jamais emmené faire du camping. J'ai dû monter deux tentes dans ma vie et mes nerfs s'en souviennent - d'ailleurs suis-je arrivée jusqu'au bout ? Aucune idée. Mais alors que nous trouvons notre spot non loin de la plage au sable fin, une bataille sans merci entre l'Homme et la tente s'engage sous mes yeux ébahis... Fixés sur la mer. Outre mon désintérêt total pour notre future habitation, je m’émerveille. Pas UN péquenot sur la plage, pas UNE serviette... Ca y est ? Avons nous vu Buddha ? Oui.

Ainsi commencent 5 jours à faire semblant de nous confectionner des armes (à peine bonnes pour écraser des fourmis), à prendre des douches glaciales, à penser à Blair Witch très très très fort la nuit (moi pour), à répéter les répliques de Lost (pour nous deux) et faire de longues ballades sur la plage entrecoupées de siestes. Un petit paradis sur terre je vous dis !

Pour se nourrir, l'île possède deux restaurants ouverts aux heures classiques du petit dej - dejeuner - diner avec des prises (oui l'électronique, ça manque). Grâce à cette expérience on a découvert deux choses : que de l'autre côté de l'île, les singes ouvraient les tentes des habitants pour dévorer leurs vivres et que notre flemme de faire 10 km en camion nous avait en réalité sauvé de ce fléau - apparemment un homme qui vivait là depuis trop longtemps avait monté des pièges, je ne cache pas qu'il m'a fait peur - et que les PUCES DE SABLE sont les bêtes les plus vicieuses au monde. De jour comme de nuit, elles m'ont dévoré et en 5 jours, j'ai découvert plus de 200 piqûres sur mon petit corps.

iscomigoo
Elle à l'air limite mignonne, mais non, c'est une bâtarde. 

Mais ces piqûres qui m'ont valu des démangeaisons inhumaines n'ont pas entaché mon bonheur, je vous conseille fortement d'y faire un tour en tout cas, dites que vous venez de la part de Julie, ils en auront rien à carrer. 

Infos : Parc national maritime de Koh Tarutao. A 60 km au nord-ouest de Satun.
Tarif : droit d'entrée sur l'île : 200 baths (+ 40 baths par jour de séjour). Au départ de Pak Bara : ferry à destination de l'île de Tarutao tous les jours à 10h30 et 13h30 (1h de traversée, 400 baths).
Vers les îles Koh Adang et Koh Lipe, rajoutez 2h30 de traversée et 800 baths.
Ouverture : ouvert de mi-novembre à mi-mai.